Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le repas des enfants, un enjeu pour tous.

Le repas des enfants accueillis le midi résume de multiples aspects de la profession d'assistante maternelle, ou d'adulte plus généralement. 

Il s'agit de "donner à manger" un terme qui recouvre une réalité multiple. Il s'agit en effet de :

- faire à manger

- d'inciter l'enfant à manger/ à goûter

- d'insister pour que l'enfant mange

- d'obtenir que l'enfant mange (parfois)

- de laisser sortir de table des enfants repus, des parents satisfaits et une assistante maternelle soulagée de voir que tout ou presque a été mangé. 

 

 

Le repas est à la croisée de tant de chemins symboliques, il est un enjeu important dans la vie sociale de tous, adultes mais aussi enfants. 

Un enfant qui refuse de manger, de s'alimenter est une source d'inquietude, d'agacement, de questionnement....

L'adulte qui nourrit un enfant "difficile" se sent rejeté, mal aimé, il est impuissant face au pouvoir de cet enfant qui refuse et s'affirme par son refus. 

A table, il n'y a finalement pas d'enfants, mais que des individus qui affirment leur goût ou dégoût, leur volonté d'accepter ou de refuser, de choisir en somme. A table l'enfant est roi comme nulle part ailleurs. Le moment du repas est donc particulièrement sensible. 

 

Comment faire pour que le temps du repas ne devienne pas un enjeu trop évident, une "tendre guerre" entre un adulte et un enfant ? 

Pour ma part, je crois qu'il faut dédramatiser le moment du repas, accepter que l'assiette ne soit pas mangée.

Il faut se rappeler que le repas est aussi un moment d'échanges. Les enfants peuvent choisir de parler en renversant leur assiette, en "faisant le clown pour épater la galerie", en chantant au lieu de manger, ou en refusant de un aliment pour s'affirmer tout simplement.

Les enfants peuvent aussi être découragés par l'aspect de leur assiette, trop garnie, trop remplie de choses diverses, trop inquietante par la couleur des aliments ou une nouveauté...

A la maison, le repas du midi est servi progressivement, les aliments sont présentés l'un après l'autre. J'attends que l'assiette soit vide pour y mettre un second aliment, ect.... Le but : ne pas effrayer l'enfant par le "désordre" de son assiette, mais aussi et surtout pour que tout soit mangé.

L'ordre de distribution des aliments est aussi réfléchi. Un enfant rechignera rarement devant une assiette de pates, d'où la necessité de commencer par servir les aliments les moins appréciés (souvent les légumes verts), puis la viande, puis l'aliment favori. Plus les légumes et la viande seront mangés rapidement, plus vite l'aliment favori arrivera dans l'assiette !

 

L'eau est servie à la fin de repas pour ne pas remplir les estomacs d'eau avant d'avoir mangé. L'eau est aussi souvent l'objet de jeu, elle arrive donc sur la table en fin de repas afin de garder une plus grande tranquilité lors du repas. 

Même si j'utilise rarement "la carotte" pour inciter les enfants à manger ("si tu goûtes telle chose, tu auras un peu plus de dessert", il m'arrive parfois de le faire selon les circonstances (lorsque par exemple l'assiette ne se vide pas du tout plusieurs jours de suite). Cependant, il ne me semble pas utile de récompenser un enfant qui mange normalement, car manger est normal et encore une fois, il ne faut pas que les enfants perçoivent les enjeux affectifs que l'adulte met dans les repas qu'il leur prépare. 

 

 

123506050 86a4404b16[1]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :