Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le moment du repas et bla et bla et bla...

Les enfants accueillis à la maison (trois ans révolus ou presque trois ans), sont autonomes pour manger. 

Ils savent utiliser la fourchette, la cuillère et même le couteau (en plastique qui ne coupe pas mais qui tartine). 

Ils savent aussi que c'est plus pratique d'utiliser tel ou tel outil pour manger tel ou tel plat. 

 

Ils savent aussi que manger c'est ...un moment où on fait plein de choses excepté manger. En d'autres termes on tchatche ! un peu, beaucoup, passionnément, à la folie mais jamais "pas du tout'. 

 

Ces moments de convivialité que les enfants ont crée d'eux-même, parlent presque autant qu'eux, et évidemment je tente de ne pas en perdre une miette (y compris quand le ton monte car tout le monde parle en même temps que son voisin). 

 

Les enfants se regardent, se comparent, se racontent des histoires vraies, des histoires fausses pour rire, se disputent pour des motifs plus que légers mais trés important à leurs yeux (moi, j'ai un petit pois de plus que toi dans mon assiette, hé ben moi, je suis plus ta copineuuuu !). 

Le fond sonore un peu brouillé des conversations se change aussi parfois en jolie musique,  tous les enfants entonnant une chanson apprise à la chorale ou une comptine bien connue (jusqu'à ce qu'une copine préfère "changer de radio" : "arrêtez de chanter, ça m'embèteuuuuu!").

 

Ils discutent tant que les assiettes refroidissent tristement et que finalement, les légumes et la viande froide deviennent bien peu appétissants (moi qui me donne du mal pour préparer des repas relativement équilibrés, snifff).

Aussi parfois (souvent, d'accord) je râle pour que les assiettes se vident en même temps que les bouches s'ouvrent, mais avec un succès aléatoire.

 

Mais même si les bouches s'ouvrent pour ne pas manger les plats minutieusement préparés, il ne faut pas oublier que les enfants ne se nourissent pas que d'aliments tel que nous l'entendons, et qu'il ne sert à rien de les forcer ou de vouloir les "gaver" à tout prix.

 

Les enfants se nourrissent de tout, mais surtout de symbolique, de rapports humains, d'enjeux variés (à défaut de légumes variés)...et à tout prendre, je dirais presque, que c'est aussi bien... ou bien aussi ! 

 

 

003

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :