Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La saison des pics nics (avec les enfants)

Il y a la saison des virus (l'automne), la saison de Noel (qui ne dure jamais assez longtemps) mais aussi la saison des pic nics. 

 

Après un hiver particulièrement interminable, la belle saison est réellement revenue avec des pics de chaleur étouffant. 

 

Pour marquer l'été comme il se doit et le faire rimer avec vacances et jeux d'extérieurs et ("saison des lessives", titre d'un autre article sur ce blog), je choisis de faire des pic nic avec les enfants. 

 

Les pics nics sont-ils appréciés par les enfants ? Préfèrent-ils manger assis à table avec une serviette autour du cou ou assis dans l'herbe et manger avec leurs doigts "pas comme d'habitude" ? 

L'enthousiasme des enfants est tel lorsqu'un pic nic est annoncé aux parents, qu'il faut presque ne pas évoquer en leur présence le "pic nic" prochainement programmé. Lorsque par inadvertance le mot magique de "pic nic" est mentionné, un questionnement impératif et répétitif sur l'heure d'y aller est plus que probable (questionnement qui peut frôler le harcèlement, mais quand on aime on ne compte pas, n'est-ce pas ?)

 

Donc, on prend le chapeau, les maillots de bain accessoirement, quelques jeux d'eau (arrosoirs, petits bâteaux), la serviette de plage géante et beaucoup d'eau car même sous les arbres on a soif....

 

En plus, il y a une adresse tip top dans mon quartier, un endroit à l'ombre des marroniers de ville, devant une micro rivière aménagée, sur un terrain plat et à proximité immédiate du marchand de pizza...Je vous laisse deviner la suite.

 

En plus, quand les enfants sont contents, je suis contente, presque détendue et peu à mon tour profiter de l'ombre et de la brise d'été (c'est vrai, qu'à ce moment là, je n'envie pas les adultes "sérieux" qui travaillent dans leur bureau, même climatisé et alimenté en café à toute heure. La saison du pic nic est réellement une saison bénie de l'année des assistantes maternelles).

 

Mais après l'hiver interminable, je le dis haut et fort sans honte "on l'a pas volé" ;

 

 

018 (2)