Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La bonne distance pour bien voir...

Les enfants accueillis à la maison cette année ont entre 2 et 4 ans. Ils sont donc semi autonome.

Une fois leurs repères pris, et rassurés sur l'adulte qui veillent sur eux, ils jouent et m'oublient littéralement.

Je peux donc faire la petite souris qui n'en perd pas une miette...

 

J'ai cependant noté une chose amusante sur la place qu'ils me donnent selon "la hauteur" à laquelle je me place.

 

Lorsque je m'assied au sol, sur le tapis, sur le carrelage ou sur le canapé, les enfants m'invitent immédiatement à leur jeu du moment. Je suis un des leurs, voire même un camarade expérimenté qui va les aider à telle ou telle tâche (lecture souvent).

 

Cependant, c'est lorsque je suis au milieu du groupe que les rivalités éclatent le plus souvent. L'un va vouloir me garder pour lui tout seul, ou va demander un calin et attirer la convoitise des copains. 

 

 

Lorsque je suis assise sur une chaise devant la table, les enfants viennent de temps à autre voir ce que je fais, demandent ce que je suis en train d'écrire (l'intuition que je prend des notes sur ce que je les vois faire?), puis repartent jouer. Parfois, une "petite" réclament de monter sur mes genoux, puis redescend rapidement pour participer au jeu collectif. 

 

Lorsque je suis assise sur le tabouret haut inaccessible aux enfants, ils ne me voient presque plus. Ils ne m'interpellent que lorsqu'ils ont besoin d'un jeu hors de leur portée (comme moi peut-être). A ce moment là, ils sont autonomes, vivent leur vie d'enfant, un livre sous les yeux ou un jouet dans la main. 

 

C'est précisement à ce moment là, du "haut de mon perchoir" qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes, qu'ils jouent intensément, et me donnent à voir un spectacle toujours surprenant, parfois amusant mais toujours instructif. 

 

C'est grâce à ce perchoir, à cette hauteur à laquelle ils m'oublient, aborbés par leur jeu au sol dont ils ne lèvent pas les yeux, que je peux moi, les regarder. Je les couve, les découvre toujours davantage et je peux faire partager aux lecteurs du blog cette expérience particulière qu'est l'accueil des enfants. 

 

C'est vrai, que de la haut, j'ai une perspective imprenable...

 

039