Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faut-il (encore) amener des jouets d'extérieurs lors des séances au square ?

Les enfants ont de multiples jouets à leur disposition dans l'appartement pour jouer l'hiver et lorsque le temps ne permets pas de sortir.

La déduction (faussement) évidente est qu'il faut aussi quelques jouets d'extérieur pour aider les enfants à s'occuper (en plus du toboggan et autres jeux de plein air).

 

La sortie au square s'accompagne donc d'un sac de plage rempli à ras bords de jouets de plage, seaux, camions bennes, ballon....Et s'il faut tout avouer, l'idée du sac de plage débordant a été emprunté aux ass mats du quartier toujours bien achalandées pour occuper les plus petits. 

 

Mais est-ce une si bonne idée ???

Pour avoir vérifié que :

- le seau le plus performant est toujours celui qui a été emprunté par la copine (idem pour le rateau).

- les seaux sont souvent empruntés pour une durée indéterminé par des copains de passage, attirés par le sac remplis de joujoux.

- le ballon roule toujours en direction des trottoirs ou des zones "limites".

- le ballon même s'il est par principe un jeu collectif, engendre des disputes puisqu'il n'y en a qu'un. 

- les ustensiles éparpillés partout derrière les jardinières de fleurs, derrière la cabane, sous le toboggan, disparaissent jour après jour, malgré ma volonté de tous les retrouver.

- enfin, ultime effet du sac de jouets d'extérieurs, non seulement je les retrouve non gré mal gré mais je suis d'astreinte pour les ranger : les enfants ayant une occupation urgente et impérative au moment de ranger leurs jouets. 

 

Bref...

 

Depuis quelques jours nous descendons au square avec une trotinette par enfant (scolarisé) et le résultat est surprenant. 

Les loupiots en quête d'autonomie et de compétition sont ravis de pouvoir faire des courses avec les copains ( 4 ans en moyenne et en pleine phase de "c'est moi le premier!").

Chacun a "sa" trotinette en provenance de "sa" maison, pas de jalousie ou de dispute donc, chacun "son sien".

Chaque enfant inquiet du sort de SON jouet est attentif à ne pas l'oublier, ce qui m'évite d'aller à la pêche aux jouets au moment de rentrer. 

Enfin, ils se dépensent, se défoulent, se perfectionnent dans l'exercice faussement évident de ce sport, passent de bons moments et oublient qu'ils ont besoin de tout et n'importe quoi pour s'amuser. 

Leur imagination prend le relais...

 

003--2-.JPG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :