Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Encore un livre graphique coup de coeur (avec les enfants de maternelle)

Encore un livre coup de coeur dans la catégorie des livres graphiques (avec peu ou pas de texte). 

 

Tout d'un loup, de Géraldine Eschner et Antoine Guilloppé (édité chez l'élan vert). 

 

Cet ouvrage emprunté à la médiathèque de quartier a tenu sa promesse (ou plutôt a tenu le pari que je m'était fait en disant : celui la, il va être terrible). 

 

Comme dans la plupart des livres graphiques d'Antoine Guillopé (voir liens en fin d'article), les images parlent plus que les mots. Les images sont des messages à déchiffrer, détail après détail. 

 

Et comme dans ces ouvrages graphiques, le lecteur "tombe" directement dans le décor, avec étonnement et bientôt interrogations.

 

 

De quoi s'agit-il ici ? Où sommes nous. 

Le lecteur voit le monde à travers le regard d'un individu dont nous ne savons presque rien.

Nous devinons qu'il s'agit d'un animal, qui dévoile son environnement immédiat, un environnement nouveau dont lui-même ne sait rien. La charge émotive est donc partagée entre le lecteur "extérieur" à l'histoire et le personnage central, l'animal. 

L'animal nous dévoile son/notre environnement progressivement, page noire entrecoupée de blanc après page noire entrecoupée de blanc, par bribe, comme un rébus.

Nous découvrons ce qui lui est arrivé, comment il est arrivé dans cette cour fermée sans horizon, comment il vit un enfermement soudain, brutal, inexplicable. On devine qu'il a été capturé et mis derrière les barreaux. 

On s'interroge sur son crime et on s'identifie au sort de cet animal malheureux, on perçoit ses pleurs renfermés, et son désir de fuite, car aucune créature ne peut vivre sereinement l'enfermement injuste, comme n'importe quel être vivant libre.

On apprendra que son crime est d'avoir "tout d'un loup", un crime de sale gueule en somme. 

 

L'imaginaire humain autour de la figure du loup domine, fermant l'horizon de tout le monde...

Jusqu'à l'arrivée d'un homme pas comme les autres, et l'horizon s'ouvre à nouveau, les murs s'éloignent et nous découvrons l'identité de cet animal simplement perçu comme une silhouette menaçante dans l'ombre. 

 

 

Voici donc un ouvrage sensible, un livre philosophique qui peut faire réfléchir à ce qu'est la liberté et le droit fondamental à la liberté, aux murs physiques et imaginaires que les hommes batissent autour d'eux, bref, aux légendes urbaines tenaces...

 

 

pssst ! les autres ouvrages coup de coeur d'Antoine Guillopé, vus sur ce blog, c'est ici : 

 

 

sans oublier Predateurs

ainsi que loup noir