Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le temps de « restauration » chez l’assistante maternelle, petit point sur la loi vue par une assistante maternelle

Voilà plusieurs mois (années ?) que le sujet du coût des repas « gratte » les assistantes maternelles comme les parents.

Après avoir laissé « reposer le problème sujet », voici ce que j’en retiens aujourd'hui.

 

 

Certains enfants accueillis chez une assistante maternelle, mangent les repas préparés par leur "nounou".

Les parents sont en effet libres de choisir le type de repas mangé par leur enfant.

- Soit ils amènent le repas de leur enfant.

- Soit l’enfant accueilli mange le repas préparé sur place.

 

Or le temps et l’organisation des repas même en lieu privé (comme chez l’assistante maternelle), s’apparente en de nombreux points à la restauration scolaire (ou en restauration tout court).

Les repas servis aux enfants chez l’assistante maternelle comme « à la cantine » sont soumis à des règles identiques en matière d’organisation, de gestion et de service.

 

***A ce titre, un article concernant les règles du repas servi « à la maison » avait été publié (lien en fin d’article). Mais les règles de « bonne conduite » destinées aux enfants à table, afin de conserver une ambiance agréable pour tous, ne sont pas les seules à être commune « à la maison » et « à l’école ».

 

Proposer un repas « maison » et « à la maison » c’est une organisation qui dépasse le seul temps du repas.

En effet, préparer un repas implique :

  • Avoir un stock alimentaire (en d’autres termes, « avoir fait les courses » en conséquence selon le nombre d’enfants à faire manger, selon les goûts de chacun, selon leur appétit).
  • Stocker et gérer ce stock alimentaire dans l’attente de la consommation. Il ne suffit pas de « faire les courses », encore faut-il stocker en lieu accessible et adapté les denrées. A ce titre, la cuisine « de la maison » déborde à défaut d’avoir un local adapté (cellier).
  • Gérer les dates de consommation, la chaine du froid (et du chaud)
  • Gérer un stock de « vaisselle », serviettes de tables, nappes….

Tous ces détails annexes sont autant de temps supplémentaires à ajouter au temps de travail de l’assistante maternelle.

Préparer un repas c’est l’aboutissement d’un processus et le début d’un autre (desservir, laver et ranger).

 

Dans les cantines scolaires, le coût d’un repas est estimé à environ 10 euros pour la collectivité (tous ces "annexes" inclus).

Les enfants bénéficient quant à eux, d’un tarif de repas basé sur le quotient familial. Le coût d’un repas oscille entre 2 et 6 euros environ.

 

Chez l’assistante maternelle, il y a comme en collectivité, des frais de gestion annexe, du temps de préparation, de "livraison", de stockage…

De plus, et peut-être pour s’aligner sur les repas réalisés et servis dans le cadre d’un travail déclaré, l’Etat impose aux assistantes maternelles de déclarer la valeur de ces repas servis sous son toit.

A ce jour, l’assistante maternelle qui sert un ou plusieurs repas chez elle aux enfants accueillis, doit déclarer la somme de 4,55 euros par jour, par enfant. Ce forfait s’applique quel que soit le nombre de repas servis. Il est donc impossible impensable de faire bénéficier aux parents de tarifs inférieurs pour le repas de leurs enfants.  

Sauf repas offerts par l’assistante maternelle (mais est-ce possible? car...

 

...les assistantes maternelles qui ne préparent pas les repas des enfants accueillis, doivent également, par souci d’égalité de traitement entre toutes les professionnelles, déclarer cette somme aux impôts. Celles qui répondent souvent "qu’elles ne mangent pas le repas des enfants" et qu’elles doivent pourtant le déclarer comme « avantage en nature », sont soumises au même traitement que celles qui « cuisinent ».  

 

En somme, le coût « important » du repas des enfants accueillis, correspondant selon l’Etat, à des denrées alimentaires ainsi qu'au traitement adéquat de ces denrées, ne peut se réduire au coût réel des seules denrées consommées.

Dans ce dernier cas, il y aurait effectivement travail « non rémunéré » et donc illégal. Les assistantes maternelles n'ont plus pas à travailler gratuitement et heureusement !

 

Voilà pourquoi, après avoir été (personnellement) longtemps sceptique sur ce coût « imposé » qui ne correspond pas à une réalité (un bébé qui boit du lait maternisé, ne consomme pas 4,55 euros de lait par jour), je me rends compte du bien-fondé final de cette obligation et de cette loi.

 

Pour reprendre la comparaison avec le système de restauration traditionnel : que se passerait-il à terme, si les restaurants facturaient uniquement le coût des denrées?

Ils feraient faillite et les gérants passeraient pour des idiots...

 

 

Merci aux parents d’en tenir compte.

La vraie question est bien celle de l'équilibre à tenir entre coût réel et coût acceptable pour tous

La vraie question est bien celle de l'équilibre à tenir entre coût réel et coût acceptable pour tous